immanence


immanence

immanence [ imanɑ̃s ] n. f.
• 1840; de immanent
Philos. Caractère de ce qui est immanent. L'immanence des mathématiques dans le réel. Principe d'immanence, selon lequel tout est intérieur à tout, ou un au-delà de la pensée est impensable. ⊗ CONTR. Transcendance.

immanence nom féminin (de immanent) En philosophie, existence des fins du sujet dans le sujet lui-même ; qualité d'une cause qui agit sur ce dont elle fait partie. Caractère immanent de la langue. ● immanence (synonymes) nom féminin (de immanent) En philosophie, existence des fins du sujet dans le sujet...
Contraires :

immanence
n. f. PHILO Caractère de ce qui est immanent; inhérence. Ant. transcendance.

⇒IMMANENCE, subst. fém.
Présence par mode d'intériorité. Immanence pure, divine, psychologique, transcendentale, absolue; immanence de principe, de l'expérience, de la vie morale; idée, doctrine, théorie, philosophie, dialectique de l'immanence; l'immanence n'est concevable que par la transcendance; la transcendance implique l'immanence. Tout ce que j'aime, tout ce que je pense et ressens, m'incline à une philosophie particulière de l'immanence d'après laquelle la surréalité serait contenue dans la réalité même (ne lui serait ni supérieure ni extérieure) (ÉLUARD, Donner, 1939, p. 122). Pour le marxiste comme pour le chrétien, ce qui fait la bonté du moyen c'est l'immanence et la présence en lui du but (LACROIX, Marxisme, existent., personn., 1949, p. 21) :
1. Hegel (...) restaure, sans doute, dans le devenir du monde, l'immanence de l'esprit. Mais cette immanence n'est pas fixe, elle n'a rien de commun avec le panthéisme ancien.
CAMUS, Homme rév., 1951, p. 179.
THÉOL. Immanence divine. Présence de Dieu dans l'intériorité de la conscience humaine. L'immanence divine est telle que l'homme prend conscience de l'action de Dieu sur lui (Théol. cath. t. 4 1 1920, p. 852).
(Apologétique) Méthode d'immanence. Méthode permettant d'accéder à la connaissance de Dieu par la considération des aspirations naturelles de la conscience en tant qu'elles sont prégnantes de la présence divine :
2. En quoi consiste donc la méthode d'immanence, sinon à mettre en équation, dans la conscience même, ce que nous paraissons penser et vouloir faire, avec ce que nous faisons, nous voulons et nous pensons en réalité ...
M. BLONDEL, Lettres sur les exigences de la pensée contemporaine, p. 39 ds FOULQ.-ST-JEAN 1962.
PHILOS. [En parlant de la conscience] Prérogative attribuée à la conscience dans l'acte par lequel, par la réflexion, elle fait retour sur soi. Immanence de l'esprit, de la conscience. Il nous faut bien refuser à la conscience perceptive la pleine possession de soi et l'immanence qui exclurait toute illusion (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, 396) :
3. Par expérience interne transcendantale, nous entendons (...) la révélation originaire du vécu à soi-même, telle qu'elle s'accomplit dans une sphère d'immanence radicale...
M. HENRY, Philos. et phénoménologie du corps, Paris, P.U.F., 1965, p. 21.
Principe d'immanence. Principe suivant lequel ,,tout est intérieur à tout`` (E. LE ROY, Dogme et critique, 9-10 ds FOULQ.-ST-JEAN 1962) en telle sorte que rien n'advient à l'esprit qui ne soit déjà virtuellement contenu en lui :
4. Le principe d'immanence consiste, au plan ontologique, à affirmer que tout est réductible à tout, c'est-à-dire qu'il n'existe qu'un seul mode de réalité. Au point de vue épistémologique, ce principe soutient que nous ne connaissons que ce qui est « à l'intérieur » de l'esprit ou chez Blondel (méthode d'immanence), que rien n'advient à l'esprit si celui-ci n'est pas déjà en attente.
THINÈS-LEMP. 1975.
Philosophie de l'immanence. Philosophie qui exclut la transcendance divine et assigne à l'homme une fin immanente à son propre développement. La transcendance divine est maintenant rejetée, c'est une philosophie de l'immanence qui occupe la place. Avec Hegel, Dieu apparaîtra comme la limite idéale du développement du monde et de l'humanité (MARITAIN, Human. intégr., 1936, p. 42).
LING. Principe d'immanence. Principe méthodologique admis par F. de Saussure d'après lequel l'étude du fonctionnement de la langue revendique son autonomie sans en appeler aux phénomènes et aux explications extra-linguistiques (d'apr. D.D.L. 1976).
Prononc. et Orth. : [im(m)]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. 1840 l'immanence de Dieu (P. LEROUX, Humanité, t. 1, p. 313). Dér. de immanent; suff. -ence (-ance). Fréq. abs. littér. : 81. Bbg. BARTHES (R.). Éléments de sémiologie. Communications. 1964, t. 4, p. 133. - GOHIN (Y.). Sur l'emploi des mots immanent et immanence chez Victor Hugo. Paris, 1968, 55 p. - JOURJON (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1917-1918, t. 30, p. 62. - SEEBACHER (J.). R. Hist. litt. Fr. 1970, t. 70, pp. 1085-1086.

immanence [i(m)manɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1840, P. Leroux; de immanent.
Philos. Caractère de ce qui est immanent. || L'immanence de Dieu à l'univers, dans le panthéisme. || L'immanence des mathématiques dans le réel.(1893). || Principe d'immanence, selon lequel « tout est intérieur à tout », ou « un au-delà de la pensée est impensable ». || Doctrine de l'immanence.
1 Cette suffisance de l'esprit humain, cette croyance qu'il trouve en lui-même la force et le principe de son invention, c'est ce qu'on peut appeler la doctrine de l'immanence.
É. Bréhier, Thèmes actuels de la philosophie, VIII, p. 53.
2 Jean-Paul pimente ses discours d'un grain de modernisme, s'exalte sur l'immanence et la révélation intérieure.
F. Mauriac, l'Enfant chargé de chaînes, p. 19.
3 Hegel détruit définitivement toute transcendance verticale, et surtout celle des principes, voilà son originalité incontestable. Il restaure, sans doute, dans le devenir du monde, l'immanence de l'esprit.
Camus, l'Homme révolté, in Essais, Pl., p. 550.
Ling. (Saussure). || Principe d'immanence, selon lequel la langue peut et doit être étudiée en elle-même, sans recourir à des explications externes.
CONTR. Transcendance.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Immanence — • Latin, in manere, to remain in. The quality of any action which begins and ends within the agent Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Immanence     Immanence      …   Catholic encyclopedia

  • Immanence — Im ma*nence, Immanency Im ma*nen*cy, n. The condition or quality of being immanent; inherence; an indwelling. [1913 Webster] [Clement] is mainly concerned in enforcing the immanence of God. Christ is everywhere presented by him as Deity… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • immanence — index characteristic Burton s Legal Thesaurus. William C. Burton. 2006 …   Law dictionary

  • immanence — (n.) 1816; see IMMANENT (Cf. immanent) + ENCE (Cf. ence). Immanency is from 1650s …   Etymology dictionary

  • Immanence — Not to be confused with Immanant, a term in mathematics, or imminent, a word meaning soon to happen . Immanence refers to philosophical and metaphysical theories of divine presence, in which the divine is seen to be manifested in or encompassing… …   Wikipedia

  • immanence —    by James Williams   The distinction drawn between immanence and transcendence is allimportant to Deleuze s philosophy. It characterises his opposition to many metaphysical positions criticised as philosophies of transcendence. It also aligns… …   The Deleuze dictionary

  • immanence —    by James Williams   The distinction drawn between immanence and transcendence is allimportant to Deleuze s philosophy. It characterises his opposition to many metaphysical positions criticised as philosophies of transcendence. It also aligns… …   The Deleuze dictionary

  • Immanence — L immanence est le caractère d avoir son principe en soi même. Un principe métaphysique immanent est donc un principe dont non seulement l activité n est pas séparable de ce sur quoi il agit, mais il le constitue de manière interne. Ce concept s… …   Wikipédia en Français

  • IMMANENCE — n. f. T. de Philosophie Le fait d’exister d’une manière immanente. Les panthéistes professent l’immanence de Dieu dans le monde. Philosophie de l’immanence. Il s’oppose à TRANSCENDANCE …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • IMMANENCE —    the nearness, presence or indwelling of GOD in CREATION. When God is regarded as IMMANENT He is believed to be active in sustaining and preserving creation as well as being concerned about the affairs of individuals. The term is usually… …   Concise dictionary of Religion


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.